Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Article à lire

par SLG

publié dans Enfants , Psychologie

Voici un article que j'ai lu ce matin :

"De plus en plus d'enfants souffrent de trop d'amour", Serge Hefez.

 

C'est un sujet que j'ai déjà eu l'occasion d'abordé avec une psychologue pour enfants. Plus on étouffe nos enfants par notre amour, plus on les surprotège, moins ils se sentent en sécurité et moins ils se développent en tant qu'être à part entière. 

De plus, comment en faire des adultes réfléchis et prêts à affronter la vie (et ses cruautés!) si nous leur interdisons de ressentir la frustration et la tristesse? Car oui, même si on ne va pas leur dire : "la vie c'est dur, c'est moche!" (heureusement on vit quand même de beaux et bons moments!), il ne faut pas non plus leur faire croire que tout leur tombera toujours dans le bec!

 

Trouver un juste milieu, un juste équilibre... pas simple! Mais c'est aussi ça le rôle de parent.

 

Et vous? que pensez-vous de cet article?

S.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Je suis entièrement d'accord avec cet article. J'ai trois enfants et c'est vrai que j'ai envie de les surprotéger, mais je ne le fais pas, car ils doivent pouvoir affronter la vie telle qu’elle est. Du coup, je m'efforce de ne pas trop les couver et de les laisser se débrouiller par moment.
Répondre
Q
Films pas fils lol c'est peut être un lapsus ahaha :D
Répondre
Q
J'ai lu cet article et je ne suis pas du tout d'accord avec lui. Je trouve qu'il confond laxisme et amour. Déjà cela me choque qu'on dise qu'on puisse "trop" aimer son enfant. On peut aimer son enfant tout en lui laissant la liberté de faire ses propres expériences. Par exemple, j'aime mon fils à la folie, je lui dis 10 000 fois par jour mais pour autant, je le laisse faire ses petites expériences, je ne suis pas constamment derrière son dos. <br /> <br /> En plus, ce qui est très étonnant c'est que Serge Hefez confond empathie et laxisme dans son exemple du gâteau. Etre laxisme c'est céder et donner un gâteau. Etre empathique c'est comprendre et dire à son enfant qu'on voit bien qu'il a faim, qu'il n'est pas encore l'heure de manger mais que peut être il peut nous aider à préparer le repas pour que ça aille plus vite. Parce que seulement répondre à son enfant "qu'on ne mange pas de gâteau avant de passer à table", je ne trouve pas ça bienveillant. <br /> <br /> Et alors son truc sur la haine ... vraiment là je patauge! Oui un enfant est parfois soulé de ses parents, en contradiction. Mais de là à éprouver de la haine c'est un peu fort! tous les enfants n'éprouvent pas ce sentiment, je ne suis pas d'accord. <br /> De même, quand il dit que dans notre société désormais on ne véhicule que des choses positives, on ne montre que des fils idylliques ... ça me fait sourire en fait. Car avec mon homme on se faisait la remarque qu'à la télé il n'y a QUE des choses violentes (infos, jeux télé, émissions ...) alors un peu de douceur ne fait de mal à personne. Et en plus ça voudrait dire qu'on ne peut pas faire changer les mentalités? On est dans une société violente, donc on perpétue cette violence?<br /> <br /> Bref le titre de l'article est surement mal choisi mais Serge Hefez confond beaucoup de choses selon moi. <br /> <br /> Désolée pour le roman lol <br /> Bisous
Répondre
S
J'adore! ne t'excuse pas de tes romans. Bien au contraire car je trouve là des réflexions très intéressantes. <br /> <br /> Je suis en accord avec toi sur les propos un peu hasardeux ou mal employés : "trop d'amour" VS "haine". L'enfant est dans un tourbillon d'émotions (j'y reviendrais bientôt car une amie vient de m'offrir le livre d'Isabelle Filliozat ;). La colère est normale, il faut juste lui apprendre à la canaliser. Mais n'avons nous pas nous même appris (et continuons d'apprendre) à gérer nos émotions? Car devenir parent c'est aussi apprendre de nouvelles sensations! Il n'y a pas selon moi trop d'amour pour un enfant! Jamais! Par contre, il y a de la surprotection...ça c'est sur! Et c'est là qu'il faut ouvrir les yeux et être vigilent.<br /> <br /> Par contre, ce que Serge Hefez ne prend pas en considération, c'est la BIENVEILLANCE. Nos enfants ne sont pas des objets. Il faut respecter leurs sentiments et ressentis. Essayer de se mettre à leur place. Ils veulent ce gâteau. Normal! Je suis tellement gourmande que je pourrais moi aussi vouloir de ce gâteau. Expliquons lui pourquoi ce n'est pas le moment de le manger. Au lieu de grogner bêtement! et trouvons une alternative! <br /> <br /> Malheureusement, les écoles se divisent, les générations également. On m'a dit que j'expliquais peut-être trop à Mon Grand (exemple: c'est le soir et il veut regarder la télé. Je lui dis non, lui explique que ce n'est pas le moment, qu'il n'y a rien d'adapter à son âge à cette heure ci, qu'il a déjà regardé un dessin animé le matin et que le lendemain il a de l'école. On va plus tôt monter au bain. Source d'angoisse: rien d'adapter à son âge, donc il est petit? Déjà vu un dessin animé : donc quand on aime quelque chose on a pas le droit de recommencer? L'école le lendemain, zut je ne reste pas à la maison avec maman? Un bain, mais j'en ai pas envie maintenant! Donc, il aurait fallu que je lui dise : non pas de dessin animé! (Silence...) Est-ce mieux?)<br /> <br /> Voilà la vraie question : "Comment trouver l'équilibre? la juste dose?" En voulant être bienveillante, en expliquant, en parlant, serais-je la cause des angoisses de Mon Grand? Car à vouloir lui parler comme un grand (en pensant que cela le fera grandir...) ne serais-je pas en train de lui créer des peurs car il n'a que 4 ans et qu'il ne devrait pas entendre tout? <br /> <br /> Bref...le sujet est si vaste...moi aussi je me lance dans un roman! lol Et je vacille surtout entre l'autorité parentale nécessaire et la bienveillance surprotectrice. C'est compliqué...en même temps: être parent est le parcours du combattant! hihi <br /> <br /> Merci en tout cas de ton commentaire et n'hésite pas! J'adore te lire, tu le sais!<br /> Bisous